A quoi sert une rénovation énergétique ?

Rénovation énergétique
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email

La rénovation énergétique permet d’améliorer la performance de l’habitat pour le bien-être et le confort de l’endroit où on est sensé vivre au quotidien grâce à l’isolation thermique et sonore du logement. Elle permet également d’augmenter la valeur patrimoniale du logement suite aux travaux qui faciliteront et sa vente et sa location.

La rénovation énergétique représente l’ensemble des travaux qui nous permettent de réduire la consommation d’énergie d’un bâtiment. On parle ici des travaux d’isolation, de changement de système de chauffage. Cela nécessite un certain investissement pour les ménages et il est normal de tout vouloir savoir sur l’intérêt d’autant de travaux.

Table des matières

Rénovation énergétique: les avantages

Rénovation énergétique

Plusieurs avantages s’ajoutent à la vie de chacun en faisant ces travaux, non seulement sur le plan personnel mais aussi sur le plan environnemental. Réaliser de tels travaux, contribue aussi à économiser de l’argent sur les factures d’énergie et de consommation de carburant pour les véhicules utilisés.

C’est de cette façon qu’on lutte contre la hausse des prix notamment en ce qui concerne le chauffage, l’eau chaude, le sanitaire et l’éclairage chez soi. Surtout que le prix de l’électricité ne cesse d’augmenter en France et il est possible que le taux atteigne les 100%. Bien isoler son foyer, c’est vivre dans le confort, consommer moins et payer moins. Que ce soit en isolant par le sol, les combles ou les murs, l’atmosphère sera plus agréable.

Plan de rénovation énergétique des bâtiments

Rénovation énergétique bâtiment

Sept millions de foyers en France sont mal isolés, ce qui donne un taux de 14% de la population. D’ailleurs, c’est ce qui fait que le gouvernement français mise sur la priorité de la rénovation énergétique du bâtiment et surtout la copropriété. Le but étant de :

  • Accompagner les ménages pour les aider à rénover leur logement et ainsi lutter en priorité contre la précarité énergétique et les passoires thermiques ;
  • Accélérer la rénovation dans les bâtiments tertiaires. L’objectif est de faire des bâtiments publics des bâtiments exemplaires en la matière. On parle de 15 % d’économies d’énergie attendues d’ici 5 ans pour le parc immobilier de l’État ;
  • Mobiliser et entraîner les territoires et les acteurs locaux ;
  • Créer une dynamique de filière, pour rénover davantage, mieux et moins cher.

Classification de logement par catégorie en performance énergétique :

Avant de mettre un bien en vente ou en location, il est impératif d’évaluer sa performance énergétique. On doit aussi le classer dans l’une des catégories A, B, C, D, E, F ou G. Ceci est non seulement imposé par le gouvernement mais aussi conseillé pour l’acquéreur. Cela lui permettra en effet d’anticiper le montant de ses futures factures. Il pourra ainsi économiser de l’argent et de l’énergie.

La catégorie en performance énergétique donne une estimation de la consommation d’énergie du bien et de ses émissions de gaz à effet de serre. C’est un indicateur très fiable qui aide à prendre les bonnes décisions d’achat ou de location et de savoir quels travaux faire pour renouveler les énergies. Plus la catégorie du bien s’approche du A plus le bien a de la valeur et est confortable à vivre.

Rénovation énergétique: Nécessité du DPE

Si vous avez un projet de vendre une maison, un bâtiment public, un immeuble d’habitation, un commerce ou un bureau, vous êtes tenu de joindre un DPE à votre promesse de vente. Le DPE étant un document important, en vigueur depuis 2006. Sa durée de validité est de 10 ans.

Pour un propriétaire ou un bailleur, plus son bien est d’une catégorie élevée : A, B ou C, plus il réalisera d’importantes plus-values. Ceci lui permettra de vendre ou de louer à un prix qui peut atteindre jusqu’à 19% plus cher qu’un bien moins performant.

Réaliser un DPE (Diagnostic de Performance Energétique) d’un bien est donc nécessaire. Il faut pour cela connaître les 7 classes d’énergie existantes et anticiper les éventuels travaux à exécuter dans votre bien à acheter ou à louer !

Rénovation énergétique: Les différentes catégories et leurs consommations :

La catégorie A

Elle est réservée aux logements qui consomment moins de 50 kWh/m². Sachez que la dépense annuelle de chauffage pour un logement de 100 m²de catégorie A est de moins de 250 €

La catégorie B

Pour les logements qui consomment entre 51 et 90 kWh/m², sachant que la dépense annuelle de chauffage pour un logement de 100 m² de catégorie B se situe entre 250 et 500 €.

A court ou à long terme, ces deux catégories A et B, font de votre bien, un acquis de grande valeur. Elles sont donc parfaitement isolées, très économes en énergie et ne nécessitent pratiquement pas de travaux d’amélioration.

La catégorie C

Elle correspond au logement qui consomme entre 91 et 150kWh/m². Les dépenses annuelles de chauffage pour un logement de 100 m² de cette catégorie sont entre 500 et 750 €.

La catégorie D

Elle est celle du logement consommant entre 151 et 230 kWh/m². Les dépenses annuelles de chauffage pour un logement de 100 m² de cette catégorie sont entre 750 et 1150 €.

La catégorie E

Elle indique que le logement consomme entre 231 et 330 kWh/m². Les dépenses annuelles de chauffage pour un logement de 100 m² de cette catégorie sont entre 1500 et 1650 €.

Les catégories C, D et E sont proches de la moyenne nationale du DPE qui est de 250 kWh/m².

La catégorie F

Le logement consomme entre 331 et 450 kWh/m². La dépense annuelle de chauffage pour un logement de 100 m² de cette catégorie est entre 1650 et 2250 €.

La catégorie G

Pour les logements qui consomment plus de 450 kWh/m². La dépense annuelle de chauffage pour un logement de 100 m² de cette catégorie dépasse les 2250 €.

Ces deux catégories F et G indiquent que le bien est très énergivore et qu’il y a beaucoup de travail à faire et à refaire.

Ce sont des logements dotés de nombreux ponts thermiques et d’une isolation médiocre.

Pour pouvoir agir sur la totalité de l’ensemble bâti, l’Etat a mis en œuvre 4 axes comprenant 12 actions différentes.

Axe 1 :

Faire de la rénovation énergétique une priorité dans les copropriétés en faisant participer tous les concernés à améliorer le suivi et à se mettre un objectif bien précis et unanime pour l’amélioration de la performance énergétique.

Axe 2 :

Opter pour une rénovation énergétique de masse sur tout le territoire en étant uni et solidaire afin de lutter contre la précarité énergétique.

Axe 3 :

Faire de sorte à accélérer les travaux de rénovation énergétique en favorisant celle du secteur tertiaire public

Axe 4 :

Opter pour l’innovation numérique et encourager à la formation intense de professionnels du bâtiment.

Rénovation énergétique: Les moyens mis en œuvre

rénovation énergétique lourde

  • Pour financer les travaux de rénovation énergétique, 14 milliards en contribution du public ont été retenus, à côté des 5 Milliards en contribution des certificats d’économie d’énergie. Ce financement est dispatché de la façon suivante selon le Ministère de Transition énergétique :
  • Pour les ménages aux revenus modeste, 1,2 milliard d’euros seront alloués à l’Anah, sur 5 ans, afin de rénover 75 000 logements par an. EDF apportera 57 millions d’euros au fonds de garantie facilitant les prêts aux ménages aux revenus modestes.
  • Pour les bailleurs sociaux, 3 milliards d’euros de prêts bonifiés seront accordés pour la rénovation de 500 000 logements sur 5 ans, permettant ainsi la disparition des passoires énergétiques du parc social.
  • Sur le volet de la sensibilisation à la maîtrise de l’énergie, de la formation des syndics de copropriétés, de la détection et de l’accompagnement de la grande précarité ou encore des démarches innovantes dans les territoires, une enveloppe de 75 millions d’euros a été prévue.
  • Pour le secteur public, 1,8 milliard d’euros seront consacrés à l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments de l’État, notamment des cités administratives. Les collectivités territoriales disposeront de 3 milliards d’euros via le Grand Plan d’investissement, dont 2,5 milliards d’euros de prêts et d’avances de la Caisse des dépôts, pour la rénovation de leurs parcs, (écoles, crèches, hôpitaux…) et 500 millions d’euros via la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL).
  • Pour les professionnels, 30 millions d’euros seront versés pour la formation initiale et continue de 65 000 professionnels du bâtiment ; 40 millions d’euros sont également prévus pour soutenir l’innovation, en complément de l’appel à projet démonstrateurs et du concours d’innovation de l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (Ademe), lancés en 2018.

Rénovation énergétique et les aides

Diverses politiques de rénovation énergétique encouragent les propriétaires à financer et à réaliser de telles rénovations dans de nombreux pays. Elle s’accompagne généralement de la rénovation du système de ventilation (car les maisons scellées n’émettent plus spontanément d’air vicié ou contaminé par radon de la fumée ou des meubles). En France, le Grenelle de l’Environnement a mis en avant le thème de la rénovation énergétique en 2007, et l’a encore souligné lors de la Conférence Environnement 2012, qui a insisté sur le fait que toute rénovation doit s’accompagner de l’importance de la rénovation énergétique.

Dans le cadre des projets de « smart grid», visant à la modernisation des réseaux électriques et de troisième révolution industrielle (comme Nord-Pas-De-Calais), la consommation énergétique des bâtiments rénovés peut se refléter de manière intégrée. L’objectif du gouvernement en 2013 était la restauration de 500 000 logements pour la fin de 2017.

En France, les institutions publiques ont étudié la conservation de l’énergie dans les ménages à travers différentes institutions énergétiques.

aides à la Rénovation énergétique

Rénovation énergétique: Evolution

  • 1974 : Après la première crise pétrolière, le gouvernement français a créé une agence de conservation de l’énergie. Cette dernière était chargée de mettre en œuvre la réflexion et les actions nécessaires pour réduire la demande de pétrole dans les industries, les transports et le logement.
  • 1979: Après la deuxième crise pétrolière, la Commission de l’énergie solaire (COMES) fut créée pour développer l’énergie solaire. Cependant, le plan électronucléaire français a continué d’exécuter les commandes de nouvelles centrales entre 1977 et 1982. Ceci a été l’une des raisons de l’abandon progressif des plans d’énergie solaire.

Cependant, AEE (Agence Européenne de l’Environnement) et COMES ont fusionné pour devenir l’Agence française de maîtrise de l’énergie (AFME), grâce à des subventions, d’où la possibilité de mise en œuvre d’un plan majeur de réduction de la consommation d’énergie, principalement dans l’industrie.

Ce qui a changé

  • 1991: l’AFME fusionne avec plusieurs autres agences pour devenir l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). Elle était responsable des problèmes de déchets et d’énergie. L’ADEME 11 est toujours responsable de ces deux sujets.
  • 1974 : Arrêté du 10 avril 1974 (archivé) relatif à l’isolation et à la régulation automatique des installations de chauffage dans les immeubles d’habitation.

Il s’agit du premier règlement contraignant, mais il ne concerne que les nouveaux locaux d’habitation. Son objectif était d’économiser 25% d’énergie

  • 1982: RT 1982 (régulation thermique 1982) tend à diminuer encore de 20%.
  • 1988: RT considère pour la première fois le logement non résidentiel.
  • 2000: Par rapport à RT en 1988, RT 2000 a tendance à réduire la consommation maximale des bâtiments résidentiels de 20% et la consommation des bâtiments du troisième étage de 40%.
  • 2005: l’objectif de RT 2005 était de réduire de 15% la consommation de logements neufs et son expansion en introduisant le concept de bioclimatologie.
  • Lois Grenelle I (2009) et Grenelle II (2010) prévoient des projets d’audits énergétiques des bâtiments publics, tandis que des réglementations ambitieuses concernent les logements neufs et intègrent certaines normes pour les bâtiments basse consommation. Ils fournissent également des guides de rénovation
  • 2012: RT 2012 [archive] a étendu les normes de consommation des bâtiments basse consommation à toutes les maisons qui doivent faire une demande de permis de construire et organisé leurs demandes. Par conséquent, il est destiné aux rénovations nouvelles et majeures.
Les 5 dernières années: Changements
  • En juin 2016, un décret d’application de la loi de transition énergétique impose toute rénovation majeure de bâtiments existants (tels que des modifications, réfection de toiture) ou rénovation de maisons afin de les rendre habitables à partir du 1er janvier 2017.
  • RE 2018 et RT 2020 sont basés sur le label Bepos (Bâtiment à Energie Positive) et le concept de bâtiments à énergie positive. L’objectif est de faire en sorte que le bâtiment génère plus d’énergie qu’il n’en consomme. Ceci, pendant tout son cycle de vie (estimé à 50 ans). De cette façon, la dépense annuelle sera inférieure à 0 kWh / m². On peut qualifier cette situation d’autonomie énergétique 14.

Efficacité énergétique et rénovation énergétique à grande échelle

Les législateurs espèrent que les propriétaires de bâtiments remettront au moins en question la performance énergétique future des bâtiments qu’ils souhaitent rénover pendant les gros travaux. Selon que le bâtiment a été construit avant ou après 1948, un décret de 2007 a privé le propriétaire de ses obligations.

  • Après 1948: la réglementation impose un certain niveau de performance globale
  • Avant 1948: les réglementations stipulaient la performance minimale des composants remplacés ou installés. C’est « RT par élément ».

Avec le soutien de l’ADEME, certains programmes régionaux favorisent l’innovation énergétique

Efficacité énergétique et rénovation énergétique lourde

Les législateurs espèrent que les propriétaires de bâtiments remettront au moins en question la performance énergétique future des bâtiments qu’ils souhaitent rénover pendant les gros travaux. Selon que le bâtiment a été construit avant ou après 1948, un décret de 2007 a privé le propriétaire de ses obligations.

  • Après 1948: la réglementation impose un certain niveau de performance globale.
  • Avant 1948: les réglementations stipulaient les performances minimales des composants remplacés ou installés. C’est « RT par élément ».

Avec le soutien de l’ADEME, plusieurs programmes régionaux ont favorisé la rénovation énergétique.

Plan d’investissement dans le logement (2013)

En 2013 (21 mars), le président de la République (François Hollande) a proposé un plan d’investissement dans le logement, qui incluait notamment une source d’énergie à bénéfices écologiques, sociaux et économiques formulée conjointement par Cécile Duflot (Plan de rénovation. Égalité du territoire et du logement) et Delphine Batho (ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie).

Il vise notamment à tenir la promesse du président de la République de rénover 500 000 logements par an pour 2017 et de réduire la consommation d’énergie de 38% pour 2020.

Plateformes de la rénovation énergétique (2014)

En 2014, Bruno Lechevin, président de l’ADEME voit un renforcement du dispositif des « Points Rénovation Info Service » (PRIS) grâce aux « Plateformes Locales pour la Rénovation », un service d’accompagnement complet aux ménages allant du stade de projet à la réalisation des travaux, en passant par le financement. C’est l’une des priorités 2014 de l’ADEME qui apporte durant cette année des nouveaux financements destinés aux « Plateformes Locales pour la Rénovation ». Plusieurs appels à projets, lancés avec des régions volontaires, permettront d’envisager 50 plateformes en 2014, puis 50 supplémentaires en 2015.

Plateforme de transformation énergétique (2014)

En 2014, Bruno Lechevin, Président de l’ADEME, a vu la valorisation du dispositif « Service d’Information sur le Reconditionnement des Points» (PRIS), grâce à la «Plateforme de Reconditionnement Local», un service complet d’accompagnement des familles depuis la phase projet, y compris la levée de fonds.

C’est l’une des priorités de l’ADEME en 2014. D’ailleurs durant cette année, de nouveaux fonds ont été alloués à la « plateforme de décoration locale». Les multiples sollicitations de projets initiées avec l’espace bénévole ont permis d’envisager 50 plateformes en 2014 puis 50 plateformes en 2015.

Les collectivités territoriales ont mis en place leurs propres plateformes (comme la métropole de Brest et l’agglo de Vannes en 2012 ainsi que l’agglomération de Lorient en 2013. Citons aussi la région Picardie, où leurs services publics (Des services publics d’efficacité énergétique) ont été lancés. Par ailleurs, d’autres régions (Aquitaine, Paca et Île-de-France) ont lancé pour la première fois des appels pour manifester leur intérêt.

Rénovation énergétique: Objectif de la plateforme

La plateforme vise à amener les personnes engagées dans des travaux de rénovation (consultation et information Professionnels, professionnels de la construction et services bancaires) à se réunissent pour fournir des services d’accompagnement complets (de la planification du projet jusqu’à sa réalisation complète) aux propriétaires et bailleurs.

Voici quelques exemples de guichets uniques gérés par les gouvernements locaux:

  • Création d’un guichet unique pour Brest et Vannes agglo en 2012
  • En 2013, 2 nouveaux guichets uniques ont été ajoutés, à savoir: Lorient agglo23 et Libourne City District (CALI)

Le 13 décembre 2013, Cécile Duflot, ministre de l’Égalité territoriale et du Logement, a remis la première liste des initiatives locales de transformation énergétique. 85 candidatures d’une vingtaine de régions ont bénéficié d’une aide locale pour soutenir le renouvellement énergétique des logements. Le guichet unique de rénovation énergétique de Brest Métropole Océane remporte le prix.

Le 30 avril 2014, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal et la ministre de l’Habitat Sylvia Pinel ont signé un nouvel accord FEE Bat. Cet accord consiste à former les professionnels du bâtiment à l’efficacité énergétique. Ces formations FEE Bat sont les éléments de base pour que l’entreprise évolue vers la qualification RGE

Rénovation énergétique: Crédit d’impôt (2017)

En 2017, l’ADEME a accordé un crédit d’impôt pour la transition énergétique aux propriétaires et aux locataires qui ont une résidence en France en janvier. Ainsi, elle a permis aux familles de réduire leurs impôts sur le revenu. Ceci grâce à l’amélioration des coûts de fonctionnement avec un peu d’énergie.

Fourniture d’une assistance supplémentaire aux départements d’outre-mer, qui sont des ZNI (zones insulaires non interconnectées avec le réseau métropolitain). Par exemple en soutenant l’électrification grâce à des modules photovoltaïques dans des endroits isolés. Les fournisseurs d’énergie comme EDF soutiennent également la rénovation thermique dans ces domaines.

Performances selon les régions

Selon les régions, le groupe peut fournir une meilleure isolation thermique ainsi que des chauffe-eau solaires. Mais encore, des climatiseurs performants avec des émissions de dioxyde de carbone plus élevées.
Par ailleurs, l’État de New York a signé un «accord vert» avec Orpi pour favoriser la transition énergétique et la rénovation dans les transactions immobilières. Au moment où il approuve la transaction (850 000 ventes et 30 000 loyers par an en France), la rénovation énergétique du bien est envisagée.

En décembre 2018, l’ADEME a voté et approuvé son budget 2019. Ce dernier comprend 34 millions d’euros pour la rénovation énergétique des bâtiments. On parle ainsi d’un montant total de 605 millions d’euros. Il a aussi annoncé un «plan de rénovation» (lancé en 2018) dans le plan bâtiment durable. Il devait être opérationnel en 2019.

Dysfonctionnements de la rénovation énergétique

En 2019, l’arnaque «Euro Energy Refurbishment» se multiplie. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la lutte antifraude (DGCCRF) a augmenté de 20% les plaintes des consommateurs concernant la rénovation énergétique en un an.

56% des lieux inspectés sont en mauvais état. L’isolation des greniers et des toitures est particulièrement sujette à la fraude. Les familles à faibles revenus subventionnent 20 euros le mètre carré et les autres familles 10 euros le mètre carré, ce qui couvre la quasi-totalité du coût des travaux les plus discrets, mais le principe est de se contenter de la projection de la feuille isolante. A l’étage, rendant le grenier inhabitable.

Rénovation énergétique: Arnaque et escroquerie

A partir de fin 2019, une nouvelle arnaque sur la «quarantaine à un euro» s’est étendue de la Bretagne au Grand Est, ciblant principalement les familles les plus pauvres.

Escrocs, certaines entreprises françaises détiennent généralement le label RGE, mais embauchent de la main-d’œuvre détachée non déclarée et non formée pour convaincre ces ménages afin de prouver qu’ils collectent une aide à la rénovation énergétique pour le ménage à travers la méthode suivante:

Économie d’énergie (CEE), il suffit de virer au gris. Le panneau de polystyrène est placé sur le mur extérieur et fixé avec de la colle et quelques épingles, sans coutures ni plâtre.

Une autre arnaque plus complexe permet d’inclure à la fois l’assistance « Maprimerenov » et les certificats d’économie d’énergie. Les professionnels ont condamné le manque de contrôle gouvernemental et les lacunes de la réglementation.

Prime à la rénovation

En même temps que tous ces plans de rénovations et toutes ces études faites sur ce domaine, il y a eu le mur-mur grenoblois pour accompagner la rénovation des maisons individuellement. Il faudra donc profiter de cet accompagnement et faire appel à des artisans de confiance.

Rénovation énergétique: Qu’est-ce que le dispositif mur/mur 2 de Grenoble ?

Comment isoler son logement avec mur/mur 2 ?

Avec Mur/Mur 2, Grenoble-Alpes Métropole facilite tout projet de rénovation en proposant un accompagnement personnalisé, pris en charge financièrement à 100% par la Métropole. Ainsi, il comprend : :

  • Une aide technique : un expert pour conseiller sur la rénovation thermique la plus adaptée au logement (priorité des travaux, rénovation globale ou par étape, choix des matériaux, économies d’énergie…).
  • Audit énergétique complet réalisé par le dispositif Mur/Mur 2 et subventionné à 80% par la Métropole.
  • Plan de financement adapté à chaque situation : estimation du coût des travaux, des aides financières et des emprunts auxquels l’intéressé a droit.
  • Un outil pour bénéficier d’une prime énergie : la Métropole met à disposition un outil en ligne sécurisé pour calculer et demander la prime énergie, grâce à un partenariat développé avec un opérateur spécialisé dans les Certificats d’Économie d’Énergie.
  • Une aide pour bien choisir les artisans : Il doit avoir de bons conseil sur les propositions techniques et les devis et doit pouvoir orienter vers le dispositif Mur/Mur 2 et garantir leur savoir-faire en matière de rénovation thermique.

Rénovation énergétique: En copropriété datant de 1945 à 1975

Mur/Mur 2, Grenoble-Alpes Métropole pense aussi aux biens en copropriété. Elle réalise des travaux d’isolation thermique pour les copropriétés construites entre 1945 et 1975. Elle vous accompagne tout le long de l’exécution des travaux et finance jusqu’à 75% de leur coût.

L’aide financière consiste en un versement direct d’une partie du montant à payer ou en une intervention pour des demandes de subvention auprès des organismes publics. Ces subventions couvrent entre 10 et 75% du coût des travaux, selon les moyens de la copropriété.

Mur/Mur vous soutient dans vos démarches pour bénéficier de l’aide :

La première chose à faire pour la copropriété est de monter un dossier d’inscription dans le dispositif Mur/Mur avec l’équipe de l’ALEC (Agence Locale de l’Énergie et du Climat). Cette agence a pour mission de vous guider et de vous orienter. Vous trouverez ainsi les meilleures solutions vous permettant d’entreprendre les bons travaux. Elle vous accompagnera également pour trouver les aides financières qu’il vous faut…

Votre conseil syndical organisera une assemblée générale pour juger de la faisabilité des travaux qui seront soumis à un vote.

Une fois adjugés, les travaux seront entrepris par les entreprises sélectionnées.

MUR/MUR 2 est là pour vous aider dans le déroulement des travaux :

Comme tout projet de rénovation et de maintenance, les travaux d’isolation dans une copropriété nécessitent de l’aide et des conseils d’experts afin de voir les travaux se dérouler dans les meilleures conditions. Il faut connaitre les étapes à suivre dans l’exécution des travaux, la nature des opérations, à qui s’adresser, les bonnes adresses, les aides éventuelles, les meilleures rapports qualité/prix des matériaux… Mur/Mur 2 se charge de vous accompagner dans toute les démarches et les procédures.

Vos projets de rénovation se dérouleront comme sur des roulettes avec l’aide de Mur/Mur2, qui vous proposera un accompagnement personnalisé, pris en charge financièrement à 100% par la Métropole.

L’aide de Mur/Mur2, reposera sur :

le dispositif mur mur 2

  • Une étude sur mesure de la copropriété. Des conseillers indépendants procèderont à un diagnostic global de la copropriété. Ils recueilleront les besoins de la copropriété : façades et pignons, planchers bas, menuiseries des parties communes, ventilation, isolation de la toiture, remplacement du système de chauffage, calorifugeage de la tuyauterie… il saura éventuellement proposé des aides dans certains travaux.
  • Impliquer les copropriétaires dans l’opportunité d’une isolation thermique et dans le choix d’un maître d’œuvre. Il faudra convaincre les copropriétaires en créant de nouvelles relations au sein de la copropriété. Il est aussi conseillé d’instaurer un climat de confiance et impulser une nouvelle dynamique collective. Ainsi, le conseil syndical n’est plus le seul intermédiaire du projet présenté et l’assemblée générale bénéficie d’un autre éclairage.
  • Une validation de la conformité avec le référentiel Mur/Mur 2 qui va vous faciliter l’obtention des aides publiques.
  • Un plan de financement global de votre projet avec une simulation de votre quote-part travaux comprenant les aides envisagées
  • Accompagnement des représentants des copropriétés pendant tout le déroulement du projet.

Pourquoi procéder à l’isolation des logements de copropriété ?

De même que les habitations individuelles, les copropriétés sont appelées à revoir leur consommation énergétique. Ceci impactera sur leur facture d’énergie. Les travaux de rénovation permettent des économies allant de 25% à 60% d’économie de chauffage.

Cela permet aussi de valoriser le bien immobilier puisqu’un bien rénové et bien isolé sera vendu ou loué à un prix nettement bien plus élevé qu’un bien énergivore (voir plus haut dans l’article).
Une copropriété thermiquement bien isolée offre bien plus de confort qu’un bien mal isolé. Il est plus chaud en hiver et plus frais en été. Améliorez vos logements de copropriété pour optimiser les locations et les ventes.

Un geste écologique

Les amoureux de la nature apprécieront le geste écologique en réduisant les émissions de CO2. Cette action permet de lutter contre le dérèglement climatique et de contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air.
En ravalant votre façade vous améliorez l’isolation de votre copropriété et optimiserez le coût de vos travaux.
Toujours faut-il rappeler que les principales raisons de recourt à la rénovation énergétique sont:

  • diminuer sa facture d’énergie,
  • valoriser son bien immobilier,
  • améliorer son confort
  • réduire ses émissions de CO2

Le 15 juillet 2020, on a imposé un décret pour protéger les MaprimeRénov afin de limiter la sur-déclaration. La limite supérieure des surfaces extérieures isolées est ainsi de 100 mètres carrés. On a donc réduit de 34 le montant de la prime de Maprimerenov par mètre carré.

Si la Convention Citoyenne Climat préconise l’obligation de rénover tous les appartements, les foyers de catégories F et G devraient être loués avant 2030, et les logements sociaux et individuels devraient être loués avant 2040, et ce, d’après les experts en développement environnemental français.

En juillet 2020, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) et le Président de la Fédération ont misé sur la construction d’un avenir durable et prospère sur l’ensemble du territoire.

Quel danger?

Le danger de la rénovation énergétique et de la rénovation obligatoire réside dans la préparation des documents d’assistance. Il s’agit d’une tâche qui devient de plus en plus lourde. Notamment pour les certificats d’économie d’énergie. Ceci à cause des carences qui existent au niveau de la réglementation.

Le tableau d’opérations donne les normes auxquelles doit répondre le matériau isolant. Soit le C2E ou CEE (Certificat d’Economie d’Energie), dans le but d’obtenir une bonne qualité de matériau d’isolation thermique et de son installation. Ainsi, un revêtement était nécessaire. De plus, le réseau électrique des zones rurales de France n’avait pas la puissance et la stabilité nécessaires pour alimenter leurs pompes à chaleur.

Prime à la rénovation (2020)

A partir du 1er janvier 2020, le programme MaPrimeRénov a remplacé le crédit d’impôt pour la conversion énergétique (CITE) et l’aide de l’Autorité nationale du logement (Anah) pour améliorer la flexibilité. Il n’était valable que pour les propriétaires-occupants à revenu moyen au début. Dans le cadre du Plan de relance économique, le système a été bonifié le 1er octobre 2020.

MaPrimeRénov est une aide désormais valable pour tous les propriétaires et toutes les copropriétés. Le montant de la prime est fixé et calculé en fonction du revenu familial. Quatre plafonds de ressources et de bénéfices écologiques bénéficieront des travaux de rénovation énergétique. La cinquième comprendra les copropriétés. MaPrimeRénov permet de financer 90% du coût total des travaux commandés par les familles à faibles revenus.

MaPrimeRénov : Une solution pour tous

maprimerenov

Naissance d’une nouvelle prime pour la rénovation énergétique : MaPrimeRénov. Elle a été lancée le 1er janvier 2020 pour remplacer le crédit d’impôts pour la transition énergétique et les aides de l’ANAH. Tous les propriétaires peuvent en bénéficier, soit en propriété privée ou en copropriété. Ainsi, des bonus sont attribués à tout désirant de rénover :

  • Bonus sur la catégorie du bâti,
  • bonus sur le bâtiment de basse consommation,
  • forfait rénovation globale
  • et forfait assistance.

En Pays du Mont-Blanc, un cumul entre MaPrime Rénov et CaseRénov peuvent entrer en vigueur. Il accélère ainsi la ruée vers la rénovation énergétique. Ceci est normal dans une région aussi froide. Avec MaPrimeRénov, les travaux doivent être effectués à travers des entreprises labellisées RGE (Reconnues Garante pour l’Environnement). Le montant de la prime dépend du revenu de chaque foyer et cela va par classification en différentes couleurs selon les différents revenus :

MaPrimeRénov Bleu :

C’est une aide réservée aux revenus les plus modestes

  • Pour les célibataires au SMIC et n’ayant aucun autre revenu:

Un salaire annuel brut ne devrait pas dépasser 14 623 €. Ils sont donc éligibles à MaPrimeRénov Bleu (Leur Revenu Fiscal de Référence est inférieur à 20 593 € et à 14 879 €). Il en va de même pour un couple si seulement l’un des partenaires touche un SMIC.

  • Pour un couple touchant le SMIC chacun et qui n’a aucun autre revenu:

Les revenus annuels brut du foyer devraient atteindre les 29 246 €. Ils sont donc éligibles à MaPrimeRénov Bleu s’ils vivent en Île-de-France (leur RFR est inférieur à 30 225 €). Seulement, s’ils vivent en province (leur revenu est supérieur à 21 760 €).

  • Pour un couple au Smic, ayant quatre enfants:

Leurs revenus seront les mêmes que dans l’exemple ci-dessus, mais ils seront également éligibles à MaPrimeRénov’ Bleu en province (leur revenu étant inférieur à 30 572 €).

MaPrimeRénov jaune :

C’est une aide réservée aux foyers dont le revenu est considéré comme modeste

Si chaque membre d’un couple touche un SMIC, ses revenus annuels nets doivent être situés autour de 29 246 €. S’ils vivent en province, ils sont ainsi éligibles à Ma PrimeRénov Jaune. S’ils vivent en Ile-de-France, leurs revenus sont inférieurs et ils sont donc éligibles à Ma PrimeRénov Bleu (pour les ménages très modestes).
Pour un célibataire en province gagnant 1500 € nets par mois, le revenu annuel net est de 18 000 €. Il sera donc éligible à MaPrimeRénov Jaune.

S’il s’agit d’un couple avec trois enfants, avec un conjoint qui gagne 1500 € nets par mois et un conjoint au SMIC, leurs revenus annuels nets se situent autour de 32 623 €. S’ils vivent en province, ils sont donc éligibles à MaPrimeRénov’ Jaune.

MaPrimeRénov violet :

C’est une aide qui est réservée aux foyers aux revenus « standards » concrètement difficiles à estimer.

  1. Pour un couple avec 2 enfants qui vit en dehors de l’Ile-de-France. Les époux gagnent respectivement 1300 et 1700 € nets par mois, soit un revenu total annuel d’environ 36 000 €. Avec un RFR situé entre 27 897 et 42 848 €, ils sont bel et bien éligibles à MaPrimeRénov’ Violet.
  2. Pour une personne célibataire qui vit en Ile-de-France et ayant un salaire de 2150 € nets par mois, son revenu annuel total est de 25 800 €. Avec un RFR situé entre 25 069 et 38 184 €, elle est éligible à MaPrimeRénov Violet.
  3. Pour un couple en province, avec 3 enfants, et que les deux gagnent respectivement 1600 et 1850 € nets par mois, le revenu annuel de leur ménage doit avoisiner les 41 400 €. Ils sont donc bien éligibles à MaPrimeRénov’ Violet, car leur RFR se situe entre 33 548 et 51 592 euros.

MaPrimeRénov Rose :

C’est une aide réservée aux foyers les plus aisés mais seulement pour certains types de travaux

  1. 3 500 € pour une rénovation globale.
  2. 500 € pour le bonus sortie de passoire.
  3. 500 € pour le bonus bâtiment basse consommation.
  4. 15 €/m² pour l’isolation des murs par l’extérieur et de l’isolation d’une toiture terrasse.
  5. 7 €/m² pour l’isolation des murs par l’intérieur et celle des rampants de toiture et plafonds de combles.

Le 5éme profil concerne la copropriété en cas de réalisation de travaux ; il suffit juste et simplement de simuler les travaux engagés pour connaitre le montant de la prise en charge.
Lors du lancement de la nouvelle version de MaPrimeRénov, la Ministre du logement, Emmanuelle Wargon s’est bien exprimée. Elle a expliqué certains points importants dans la fonction de MaPrimeRénov dans sa nouvelle version 2021

Nouvelle version:

Les foyers les plus démunis et dont le revenu est très modeste sont prioritaires. L’aide est plafonnée à 20 000 euros étalée sur une période de 5 ans. Pour ces foyers-là, une prise en charge peut atteindre les 90% du montant du devis pour les travaux de rénovation énergétique. Pour les foyers considérés comme modestes, la prise en charge varie entre 50% et 60%. Par ailleurs, pour les foyers aisés, une prise en charge de seulement 40% sur les devis réalisés.

Ceci concerne particulièrement les foyers ayant réalisé le devis en octobre 2020. Les artisans qui doivent réaliser les travaux de rénovation doivent être reconnus Garants de l’environnement. Donc, on ne peut faire appel à n’importe quel artisan. Pour connaitre le montant de l’aide aux travaux provenant du nouveau programme MaPrimeRénov, il suffit d’aller directement sur le site internet et faire une simulation après renseignement sur les revenus. Cette procédure est déjà fonctionnelle et beaucoup de français en bénéficient déjà.

Pour les devis signés à compter du 1er octobre 2020, sont concernés par le programme MaPrimeRénov :

  • tous les propriétaires logeant dans leur propre résidence quel que soit leur revenu,
  • les propriétaires bailleurs et les copropriétés.

Les dépôts des dossiers ont déjà commencé le 11 janvier 2021 pour les propriétaires. Ils débuteront en juillet pour les propriétaires bailleurs.

Les démarches

Pour effectuer une demande MaPrimeRénov, il faut aller sur le site en question. Exceptionnellement, pour les demandes déposées à compter du 15 juillet 2020 concernant des travaux d’isolation des murs, en façade ou pignon (façade en forme triangulaire), réalisés par l’extérieur, il est possible de faire la demande après le début des travaux commencés entre le 15 juillet et le 31 août 2020, à condition qu’ils ne portent pas sur des parties communes ou sur des éléments d’équipements communs à plusieurs logements. Les demandeurs ont jusqu’au 1er novembre 2020 pour déposer leur demande.

Non éligible, Comment faire ?

Les ménages non éligibles à MaPrimeRénov’ avant le 1er octobre 2020 peuvent eux aussi, exceptionnellement, engager une démarche de travaux avant de déposer leur dossier de demande (à partir du 11 janvier 2021 pour les propriétaires occupants de leur logement et à compter du 1er juillet 2021 pour les propriétaires bailleurs.) Les ménages concernés peuvent signer les devis et commencer leurs travaux dès le 1er octobre 2020.

MaPrimeRénov est la solution pour tous les français sans exception, du plus démuni au plus aisé. C’est une opération qui tend non seulement à faciliter la vie de tous en ayant le confort, la commodité, en plus des économies sur les factures etc. mais aussi lutte contre le réchauffement climatique, l’émission de gaz à effet de serre et surtout, contribue à faire vivre les gens dans une atmosphère agréable et un environnement sain.

Le CEE en bref

En plus de MaPrimeRénov, vient s’ajouter le CEE (Certificat d’Economie d’Energie). Créée en juillet 2005, il constitue l’un des principaux éléments de maitrise de la demande énergétique. Ils sont attribués, sous certaines conditions par les services du ministère chargé de l’énergie. MaPrimeRénov est bien sûr cumulable avec ce type d’aide à la rénovation énergétique et aussi aux aides d’Actions Logement. Par ailleurs, les travaux bénéficieront d’un taux de TVA réduit à 5,5%.

Pour relancer l’économie et renforcer les aides à la rénovation énergétique, MaPrimeRénov est désormais accessible à tous les propriétaires et toutes les copropriétés, elle propose même des bonus pour la rénovation globale. Il suffit juste d’aller sur le site pour voir que MaPrimeRénov est ouverte à tous en 2021.

Importance et avantages

Cette ouverture est très importante pour les français dans la mesure où elle peut même massifier la rénovation énergétique sur tout le territoire français. C’est une massification qui va permettre aussi de soutenir l’activité économique des artisans du bâtiment.

  • Un forfait rénovation globale pour encourager les travaux ambitieux qui permettent un gain énergétique de plus de 55 % ;
  • Bonus sortie de passoire pour accélérer la rénovation des 4,8 millions de logements énergivores (étiquette F ou G) ;
  • Bonus Bâtiment Basse Consommation (BBC) pour récompenser l’atteinte de l’étiquette énergie B ou A ;
  • Un forfait accompagnement à maîtrise d’ouvrage (AMO), pour les ménages et les copropriétés souhaitant se faire accompagner dans leurs travaux ;
  • Des aides individuelles pour les ménages aux revenus modestes et très modestes (respectivement de 750 € et 1 500 €) cumulables avec MaPrimeRénov ’Copropriété.

Les objectifs chiffrés

L’objectif pour l’an 2021 est d’atteindre les 400 000 à 500 000 demandes. On a d’ores et déjà atteint les 190 000 demandes grâce au succès incontournable du projet d’avenir, qui n’est autre que MaPrimeRénov. Pour ce faire, le gouvernement français fera tout pour accélérer la dynamique et atteindre le plus grand nombre possible de ménages.

Pour finir, voici un aperçu général sur le parcours de MaPrimeRénov qui cartonne depuis son démarrage :

  • Janvier 2020, lancement de la plateforme www.maprimerenov.gouv.fr
  • Avril 2020, Démarrage des instructions des premiers dossiers
  • Juin 2020, Ouverture de la fonctionnalité mandataire
  • Octobre 2020, MaPrimeRénov devient accessible à l’ensemble des propriétaires et copropriétaires dans le cadre de France Relance.
  • Janvier 2021, les propriétaires occupants et les copropriétaires peuvent déposer leur dossier directement sur le site internet
  • Juillet 2021, ce sera au tour des propriétaires bailleurs de déposer leurs dossiers sur le site internet.

Mode de paiement MaPrimeRénov :

C’est en avril 2020 qu’ont débuté les versement MaPrimeRénov. Les ménages modestes et très modestes recevront leur prime dès la fin des travaux d’économie d’énergie, sachant qu’ils peuvent bénéficier d’une avance de l’aide avant même la réalisation des travaux.

Les ménages considérés comme modestes ou les ménages classiques ne pourront bénéficier des versements qu’en 2021 tout en prenant en compte les travaux déjà entamés en octobre 2020.
Quant aux ménages aux ressources plus élevés, ceux-là ne pourront pas bénéficier de la nouvelle aide MaPrimeRénov pour le financement de leurs travaux. Par contre, ils peuvent bénéficier du Crédit d’Impôts pour la Transition Energétique (CITE). Ceci pour uniquement 4 types de travaux. Il s’agit de:

  • l’isolation des murs par l’extérieur et l’intérieur,
  • les combles,
  • les toitures
  • et les pignons.

Les démarches

Les démarches pour demander MaPrimeRénov sont très simples. Il suffit d’aller sur le site maprimerenov.gouv.fr avant même de signer le devis pour les travaux et ce, pour prendre connaissance de toutes les démarches à entreprendre, fournir les renseignements nécessaires sur le type de logement, le mode de vie et le revenu de chacun pour mieux étudier la demande et calculer le montant de l’aide.

C’est l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) qui se chargera à ce moment-là d’effectuer le virement bancaire.
Ce plan de relance ajoutera 2 milliards d’euros aux 800 millions d’euros précédemment alloués à MaPrime Rénov d’ici deux ans. Le gouvernement devrait investir 6 milliards d’euros, créer 22 000 emplois et accélérer l’absorption de 4,8 millions de maisons isolées avec une mauvaise isolation thermique, c’est-à-dire des «filtres thermiques».

Rapport du HCC (2020)

Le Haut-commissariat sur le changement climatique (HCC) a publié un rapport en novembre 2020 comparant les politiques publiques et les solutions de quatre pays européens (Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède). Seule la Suède a réalisé une décarbonisation quasi complète du secteur.

La France semble être le plus gros consommateur d’énergie au mètre carré. Seulement, par rapport aux pays voisins, sa structure énergétique à forte intensité de carbone est moindre. Ainsi, les émissions de dioxyde de carbone par mètre carré sont inférieures à celles de l’Allemagne ou du Royaume-Uni. Pourtant, elles sont beaucoup plus élevées que la Suède. Cette dernière a bénéficié du chauffage urbain fourni par des chaudières à bois. Mais aussi, de l’électricité presque entièrement décarbonée et des pompes à chaleur. Elle a presque achevé la décarbonisation.

Les prévisions

HCC a souligné que le taux de rénovation n’est que de 0,2% par an, et que le taux doit être fortement accéléré pour atteindre 1% par an après 2022 et 1,9% par an d’ici 2030.

Selon les objectifs fixés par la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), cela implique:

  • 60 à 70 000 rénovations en profondeur par an de 2012 à 2016,
  • au moins 370 000 rénovations complètes par an après 2022
  • et au moins 700 000 rénovations par an à partir de 2030.

Il recommande de promouvoir la rénovation énergétique en établissant des conditions financières et réglementaires. Il faut aussi renforcer les politiques de rénovation des appartements pour les rendre obligatoires. Suite à l’obligation de renouveler la loi énergétique et climatique de manière à réduire la vulnérabilité, 670 mille personnes étaient touchées par la précarité énergétique. Il fallait donc intégrer plus fortement l’utilisation des énergies bas carbone dans les stratégies de rénovation. Et mieux encore, la rénovation et la chaleur renouvelable dans les plans politiques territoriaux. Rénover les bâtiments publics était devenue ainsi une priorité

Isoler pour seulement 1 euro. Est-ce possible ?

Le concept des travaux à un euro est un fait pour les ménages à revenus modestes ou très modestes et qui peuvent se trouver dans une situation de précarité énergétique dans un logement mal isolé. Pour ces gens-là, l’Etat français a mis en place ce dispositif baptisé Prime Coup de pouce Isolation. Le principe étant de débourser l’argent pour des travaux d’isolation. Il faut comprendre que l’isolation à 1 euro ne s’adresse pour l’instant qu’aux ménages dont le revenu est inférieur au plafond fixé par l’ANAH.

Des avantages multiples

Être mieux chauffé, habiter mieux, vivre dans le confort, se sentir bien chez soi, respirer l’air pur. Retrouver le confort dans les logements anciens, assurer l’avenir des petits en rénovant chez les anciens. Pour avoir tout cela, il est conseillé, voir impératif, de recourir à la rénovation énergétique. Cela peut paraitre coûteux ou compliqué. Seulement, avec toutes ces aides de l’Etat, toutes ces primes dont bénéficie une grande majorité de la population, l’impossible n’est pas français. Il ne faut donc pas hésiter à s’offrir ce luxe qui est désormais à la portée de chacun.

Un appel reste à lancer aux entrepreneurs et aux artisans de la construction. C’est de se soucier du bien être de l’autre et de faire des petites remises sur les factures ou les devis auprès des demandeurs.

Vous pouvez aussi lire notre article: Isolation thermique, ce qu’il faut savoir

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email